Mai
19
mer
Exposition Distance ardente @ Mrac
Mai 19 – Sep 19 Jour entier
Exposition Distance ardente @ Mrac

Artistes : Mariam Abouzid Souali, Mustapha Akrim, Zainab Andalibe, Mohamed Arejdal, Hicham Ayouch, Hassan Bourkia, Diadji Diop, Simohammed Fettaka, Moataz Nasr, Khalil Nemmaoui, Fatiha Zemmouri

Curator : Hicham Daoudi

Le Président Emmanuel Macron a abordé le 3 juillet 2018 à Lagos au Nigéria le cadre d’un partenariat renouvelé avec le continent africain où « se joue une partie de notre avenir commun ». Pour réussir à écrire cette nouvelle page de l’histoire il faut être conscient d’une situation de départ et d’un passé douloureux, qui à la fois nous éloignent les uns des autres et nous attirent. Les onze artistes de l’exposition invitent à regarder de plus près la nature de certains liens qui régissent cette relation entre les deux continents. L’exposition se présente comme un chemin qui rend visibles les étapes à parcourir pour comprendre certaines souffrances et suggérer les réparations nécessaires pour inventer un futur commun. Dans ce contexte, l’exposition Distance ardente est une invitation à tous les publics et une célébration de ce qui nous enrichit : la mixité.

Le titre appelle d’une certaine façon « à mesurer la distance » qui sépare la France et les populations du continent africain. Dans la littérature et la poésie francophones le terme « ardent » renvoie au brasier amoureux, celui qui consume les amants tandis que dans d’autres expressions populaires, il témoigne de l’impatience, et parfois même de la violence qui régit certaines situations.

Dans l’exposition, plusieurs artistes s’intéressent à la notion des « corps invisibles ». L’artiste Mustapha Akrim développe une installation sur le travail de l’ouvrier et sa relation avec l’histoire collective. Conscient des réalités sociales marocaines, il travaille à ouvrir plusieurs « chantiers » dont principalement celui de la mémoire. Vêtements chiffonnés, condensés en boule ou dans une expression linéaire, l’artiste Mohamed Arejdal utilise l’uniforme militaire pour mettre en avant une histoire commune qui a lié le continent africain et la France. L’artiste Diadji Diop questionne les liens entre passé et présent dans une œuvre qui tend à réactiver la mémoire des soldats des anciennes colonies. Ainsi des figures, aux formes réalistes, viendront défier les frontières temporelles et matérielles en traversant les murs et les sols. Son œuvre est un appel au dialogue, au partage, par-delà la couleur de peau.

Loin des discours politiques réducteurs, les géographes explorent la diversité des parcours des migrants. Qu’elles soient terrestres, maritimes ou encore narratives les routes des exils ont jalonné notre histoire commune, loin des images bucoliques du désert ou des eaux bleues de la mer Méditerranée. À travers une sculpture en fils de laiton qui se déploie dans l’espace, l’artiste Zainab Andalibe questionne les notions de géographie, de mouvements, de déplacements, d’allers et retours, de trajectoires et de recherches. Khalil Nemmaoui travaille autour de la notion de transhumance, qui est l’ancêtre naturel de ce que l’on appelle aujourd’hui, l’immigration. L’Homme par survivance ou par conquête, au même titre que les autres êtres vivants d’ailleurs, s’est toujours déplacé. Au Mrac Occitanie, Fatiha Zemmouri reproduit un « morceau » du désert, des dunes de sable immaculé, représentant l’ordre et la perfection d’un espace qui résiste à l’emprise de la modernité, où le vent efface en permanence les traces et les trajectoires des civilisations. Enfin, Hassan Bourkia souhaite immerger le visiteur dans un espace dense et saturé où il rend hommage aux différentes populations ayant vécu dans le camp de Rivesaltes entre 1938 et 1970.

La dernière thématique de l’exposition célèbre ce que nous partageons de commun et de sacré aujourd’hui, la mixité qui est le fruit de notre attirance réciproque. Les grandes peintures de Mariam Abouzid Souali sont une invitation à partager et à reconnaitre une histoire commune. Loin des stéréotypes fabriqués autour des différentes cultures par les réseaux sociaux, l’artiste souhaite dédramatiser notre propre époque, marquée par de profonds changements qui sont source d’angoisse individuelle et collective. L’artiste pluridisciplinaire Hicham Ayouch présente un nouveau film intitulé « Peau Aime ». Ce film est une quête introspective, un voyage dans son passé et dans les névroses personnelles de l’artiste car la couleur de peau, le corps, sont autant de marqueurs identitaires qui définissent et enferment. Selon Simohammed Fettaka, l’expérience visuelle individuelle doit nous mener à revisiter « notre sens de nous-mêmes ». Pour cela, il s’approprie et détourne des images sacrées, les symboles, les objets et des situations spécifiques de la culture marocaine. Il cherche ainsi à mettre en question l’esthétique politique et la manière dont le réel est construit autour d’images iconiques. Enfin, Moataz Nasr, par le biais d’une approche élégante et poétique, se place en fin observateur des transformations profondes qui affectent le monde contemporain, et ses nombreuses références à la culture traditionnelle ne font que souligner ce besoin de partage et de reconnaissance d’une histoire commune.

L’exposition Distance ardente, accompagnée d’une programmation culturelle festive (musicale, poétique, cinématographique et œnologique d’Afrique du Nord), invite l’ensemble des visiteurs – africains, étrangers et français – au devoir de mémoire pour apprendre à se connaitre et à créer de nouveaux liens débarrassés des stigmates du passé.

Exposition organisée dans le cadre de la Saison Africa2020
Originellement prévue de juin à décembre 2020, la Saison Africa2020 a dû être décalée en raison de la crise sanitaire, et se tiendra désormais de décembre 2020 à juillet 2021.

Exposition la vie dans l’espace @ Mrac
Mai 19 2021 – Jan 2 2022 Jour entier
Exposition la vie dans l'espace @ Mrac

Le Mrac vous invite à découvrir La vie dans l’espace, exposition collective présentant pas moins de 60 artistes des collections du Mrac. Une aventure singulière, qui vous mènera à travers les salles du musée à la découverte de l’espace extraterrestre infini que l’on commence à peine à explorer, et de l’espace terrestre bien spécifique et parfaitement délimité, que l’on arpente avec nos corps. La vie dans l’espace n’est pas une exposition thématique. Elle est conçue comme un regard sur les collections du Mrac, revisitée à partir de principes d’accrochage empruntés à la recherche scientifique, au champ de la fiction, ou plus large-ment à l’imaginaire spatial.À chaque salle son principe et son autonomie visuelle, inspirés de notions comme l’habitabilité, l’architecture capsulaire, les images embarquées, les écosystèmes fermés, l’exobiologie, ou la gravité zéro. La vie dans l’espace est, au final, habitée par une grande analogie, celle qui se dessine entre le musée, imaginé pour conserver et exposer des collections d’œuvres d’art, et les habitats spatiaux, conçus pour préserver coûte que coûte la vie dans le milieu le plus hostile qui soit, l’espace.

 

Sep
17
ven
Exposition Jean Gau, héros des mers @ Médiathèque Samuel Beckett
Sep 17 – Oct 16 Jour entier
Exposition Jean Gau, héros des mers @ Médiathèque Samuel Beckett

L’exposition rend hommage à cet illustre personnage tombé dans l’oubli. Au travers de documents inédits, archives, vidéo, photographies, maquettes et objets personnels partez à la découverte du navigateur et de ses exploits. Inaugurée dans le cadre des Journées du Patrimoine, l’exposition s’intègre dans un parcours de panneaux d’interprétation dans la ville et un programme de visites guidées valorisant le patrimoine Sérignanais.

Vernissage le vendredi 17 septembre à 18h30

Journées Européennes du Patrimoine @ Divers lieux
Sep 17 – Sep 19 Jour entier
Journées Européennes du Patrimoine @ Divers lieux

Sérignan célèbre son navigateur Jean Gau dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine

11 traversées de l’Atlantique en solitaire, 2 tours du monde, le Sérignanais a mené une vie trépidante, lui qui était destiné à reprendre l’exploitation viticole de son père. L’appel de la mer, la quête d’aventure et de liberté l’aura conduit sur les sept mers et dans les pays les plus reculés. Émigré aux États-Unis, il mettra toute son énergie et ses ressources au profit de son rêve d’évasion. Contre vents et marées, ce navigateur autodidacte a repoussé ses limites au péril de sa vie pour accomplir des exploits dignes d’un roman d’aventures. Peintre à ses heures perdues, son travail sera même admiré par Winston Churchill lors d’une rencontre improbable dans l’île de Madère. Peu enclin aux lumières de la célébrité, Jean Gau s’éteindra dans le plus grand dénuement en 1979, âgé de 77 ans. Un ouvrage biographique rédigé par Jean Bussière sortira quelques mois après sa mort, immortalisant le parcours incroyable du Sérignanais. La ville met donc à l’honneur Jean Gau pour ses journées européennes du patrimoine les 17, 18 et 19 septembre. Au programme : une exposition inédite à la médiathèque, le dévoilement d’une signalétique pérenne dans la ville, des traversées et remontées de l’Orb en navette fluviale et des visites guidées originales.

> Télécharger le programme

 

Vendredi 17 septembre

• 18h30 : Vernissage de l’exposition Jean Gau, héros des mers
Médiathèque Samuel Beckett

Samedi 18 septembre

• 10h : Remontée de l’Orb en bateau et visite de Sérignan
Ponton Jet évasion (près de la jetée) Valras-Plage
Départ du ponton de Valras-Plage, remontée de l’Orb en navette fluviale, découverte de la faune, la flore et de l’histoire du fleuve (30 min.). Débarquement sur les rives de l’Orb à Sérignan, visite du cœur historique et découverte des personnalités qui ont forgé le destin de la ville. Retour en bateau à 11h30, direction Valras-Plage.

• 10h30 : Visite guidée du cœur de ville de Sérignan
Parvis de la passerelle Saint Roch

• 15h : Traversée de l’Orb en bateau et visite de Valras-Plage
Ponton de Sérignan – Passerelle Saint Roch
Découverte de la faune, de la flore et de l’histoire du fleuve Orb (30 min.). Débarquement à Valras-Plage, visite de la station balnéaire et découverte des personnalités qui ont forgé le destin de la ville. Retour à 16h30 direction Sérignan.

• 15h30 : Visite guidée de Valras-Plage
Jetée de Valras-Plage

• 18h30  : Apéritif inaugural, dévoilement de la signalétique Jean Gau.
Rives de l’Orb – Sérignan

• 19h : Vernissage de l’exposition collective Entrons dans le XXIe siècle
Château Vargoz – Sérignan

Dimanche 19 septembre

• 10h : Traversée de l’Orb en bateau et visite de Valras-Plage à 10h30
Ponton de Sérignan – Passerelle Saint Roch

• 15h : Remontée de l’Orb en bateau et visite de Sérignan à 15h30
Ponton Jet évasion (près de la jetée) Valras-Plage

Places limitées. Réservation obligatoire des visites auprès de la ville de Sérignan.
Infos : 04 67 32 60 90

Sep
18
sam
Exposition XXIe siècle @ Château Vargoz
Sep 18 – Oct 23 Jour entier
Exposition XXIe siècle @ Château Vargoz

Le Château Vargoz vous propose de fêter l’entrée réelle dans le XXIe siècle par une belle exposition collective… Un rendez-vous manqué au passage de l’an 2000. La prolongation d’un siècle finissant, un début marqué par une apathie, une paralysie et une sidération sociale ont décalé l’émergence portée par l’espérance, les utopies, catalyseurs de ce nouveau centenaire… Des artistes liés au château, par leur rapport au monde parfois décalé, vous proposent une lecture personnelle, individuelle et collective de cette période transitoire, de ce nouveau siècle. Parmi eux : Nathalie Albaladejo, Olivier Camen, René Collado, Pierre-Régis Dides, Mylène Fritchi-Roux, Jean-Louis Gourreau, Carine Hullo, Isaland, Pierre Landman, Lionel Laussedat, Isabelle Lorenzi, Guylaine Martinez, Sophie Pascual, Jean-Paul Planchon, Patricia Stheeman…

Vernissage le samedi 18 septembre à 19h

Notre siècle s’interprète mal lui-même et par moments ne se comprend pas. Il s’appelle le siècle du progrès et il se croit le siècle de l’utile. S’il était l’un il ne serait pas l’autre. Victor Hugo

L’ouverture de cette exposition aura lieu le 18 septembre à l’occasion des journées du Patrimoine pour permettre à chacun, amateur, collectionneur, curieux, touriste, citoyen, ou simple promeneur, de découvrir ce qui a fait la réputation de ce lieu de résidences artistiques, d’émulations culturelles, le reflet de notre société, de ses questionnements, de ses dérives, de son évolution…

Oct
2
sam
Juliette et l’orchestre de Tango Silbando @ La Cigalière
Oct 2 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min
Juliette et l'orchestre de Tango Silbando @ La Cigalière

Juliette a la passion du tango. Elle le chante avec amour, accompagnée d’un magnifique orchestre, virtuose de l’art argentin.

« Ce n’est pas un secret, j’ai grande passion pour le tango. Avec Chloë Pfeiffer, pianiste, arrangeuse et cheffe d’orchestre, nous avons décidé de revisiter une partie de mon répertoire -plus quelques standards de la chanson française- qui tous deux doivent beaucoup au tango, de façon parodique parfois, sérieuse souvent, amoureuse, toujours.
Chanter avec ce magnifique Silbando peut se résumer en une formule : « Je vais me régaler !… Vous aussi ! »

> Billetterie en ligne

Oct
6
mer
Spectacle « la ronde des marionnettes » par la Cie Carabotte @ Médiathèque Samuel Beckett
Oct 6 @ 10 h 30 min – 11 h 30 min
Spectacle « la ronde des marionnettes » par la Cie Carabotte @ Médiathèque Samuel Beckett

Dès 6 mois – sur réservation
Laurent et ses marionnettes vous invitent à une petite récréation pleine de surprises et de douceur. Chansons, marionnettes, comptines, jeux de doigts et petits contes se succèdent. Avec humour et poésie, découvrez en chansons : Joe le mille-pattes, Bebert le p’tit vers, M. Cacahuète, Cocotte la poule, Boum le Clown, Blettes et Causettes les chaussettes…

Oct
9
sam
Le Trio Joubran @ La Cigalière
Oct 9 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min
Le Trio Joubran @ La Cigalière

Trois frères, trois oud. Sur scène et en studio, ils croisent leurs instruments comme trois voix solistes pour n’en former qu’une. Le oud, luth oriental, est devenu la voix de leur âme, cœur battant de leur être avec lequel ils ne forment qu’un. A trois, toujours. Chez les Joubran, la virtuosité ne cède jamais le pas à la démonstration. Ce qui est en jeu chez ces natifs de Nazareth issus d’une longue lignée de luthiers, c’est la perpétuation d’une tradition. Depuis 2002, leur réputation n’a cessé de croître : de l’Olympia à Paris au Carnegie Hall de New York en passant par les Nations Unies, tous leurs concerts ont lieu à guichets fermés. C’est aussi à travers les mots du célèbre poète Mahmoud Darwich, qu’ils ont mis en musique, que les Joubran célèbrent leur pays. Car si c’est de musique qu’il s’agit, c’est aussi de Palestine dont il est question ici. Ecouter le Trio Joubran, c’est ainsi plonger dans l’âme d’un peuple. L’Egypte avait Oum Kalthoum, le Liban Fayrouz. La Palestine a désormais le Trio Jo

> Billetterie en ligne

ubran. »

Oct
23
sam
Gaël Faye @ La Cigalière
Oct 23 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min
Gaël Faye @ La Cigalière

Franco-rwandais, Gaël Faye est auteur compositeur interprète de rap. Tout aussi influencé par les littératures créoles que par la culture hip-hop, il sort un premier album en 2010 avec le groupe Milk Coffee & Sugar (révélation Printemps de Bourges). En 2013 paraît son premier album solo, Pili Pili sur un Croissant au Beurre. Enregistré entre Bujumbura et Paris, il se nourrit d’influences musicales plurielles : du rap teinté de soul et de jazz, du semba, de la rumba congolaise, du sébène. Petit Pays, son premier roman phénomène, vainqueur de 10 prix littéraires et traduit dans 35 pays, s’est vendu en France à un million d’exemplaires. Le film tiré du livre, réalisé par Eric Barbier, est sorti au cinéma le 28 août 2020. Gaël Faye sera de retour sur scène avec un nouvel opus dont la sortie est prévue le 6 novembre.

Oct
30
sam
Les Têtes Raides @ La Cigalière
Oct 30 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min
Les Têtes Raides @ La Cigalière

Heureuse synthèse entre le rock alternatif et le bal musette, les Têtes Raides se sont avant tout fait remarquer pour leurs textes et l’incroyable voix de leur chanteur, Christian Olivier. Plus qu’un groupe, ils revendiquent une activité artistique qui dépasse souvent le cadre musical. Des arts graphiques à l’écriture, en passant par le cirque et le théâtre sur scène, les Têtes Raides sont à maints et (justes) titres considérées comme la tête de file d’un courant néo-réaliste qui depuis les années 80 vitamine sérieusement les neurones de la chanson française. Le collectif revient avec un album best-of accompagnant la célébration des «30 ans de Ginette», la ré-édition de leur discographie complète et un nouvel album. Qui dit mieux ? Personne.

> Billetterie en ligne

Nov
5
ven
L’Étranger @ La Cigalière
Nov 5 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min
L’Étranger @ La Cigalière

Cie Le Grenier de Toulouse

Albert Camus a écrit en 1942 un roman intitulé L’Etranger. De son vivant, il a toujours refusé toute adaptation théâtrale ou cinématographique. Pourquoi ? Parce que… c’est un roman. Noir sur le plateau.
Sur ses mots Laurent Collombert s’avancera sur scène, un livre à la main. La suite ? « Aujourd’hui, Maman est morte… »
Meursault sera condamné à mort parce qu’il ne joue pas le jeu, ce jeu théâtral que la société des hommes veut lui imposer. Comme le personnage du roman, le comédien de théâtre «accepte les choses telles qu’elles sont et ne voit pas l’intérêt de mentir aux autres ou à lui-même. »

 

Nov
10
mer
Fauve @ La Cigalière
Nov 10 @ 16 h 30 min – 17 h 30 min
Fauve @ La Cigalière

Albert Camus a écrit en 1942 un roman intitulé L’Etranger. De son vivant, il a toujours refusé toute adaptation théâtrale ou cinématographique. Pourquoi ? Parce que… c’est un roman. Noir sur le plateau.
Sur ses mots Laurent Collombert s’avancera sur scène, un livre à la main. La suite ? « Aujourd’hui, Maman est morte… »
Meursault sera condamné à mort parce qu’il ne joue pas le jeu, ce jeu théâtral que la société des hommes veut lui imposer. Comme le personnage du roman, le comédien de théâtre «accepte les choses telles qu’elles sont et ne voit pas l’intérêt de mentir aux autres ou à lui-même. »

> Billetterie en ligne