• Français
  • English
-A +A

Les plages

Plages de Sérignan

Sérignan propose plus de 3 kms de plage, dans un environnement préservé sur lequel le Pavillon Bleu a été décerné en 2009. La municipalité a choisi la manière douce pour maintenir dans son état naturel ce patrimoine fragile avec la mise en place de ganivelles en châtaignier pour piéger le sable, la création de passerelles transdunaires pour éviter le piétinement, la conservation de la flore des dunes pour stabiliser le sable, en préférence aux matières plus ‘‘dures’’ et plus coûteuses.
Les dunes ainsi réhabilitées peuvent atteindre jusqu’à 8 mètres de hauteur, ce qui constitue un record en Languedoc Roussillon. À l’arrière, un réseau discret de sentiers pédestres qui longe ici et là des rondines et des gourgues de salicornes et de tamaris, permet de découvrir le site exceptionnel des Orpellières et de la Grande Maïre.

De mi-juin à mi-septembre, une navette circule tous les jours entre la salle de spectacles La Cigalière et Sérignan-lesPlages (Ligne 22).

Sérignan-les-Plages, c’est :
• 5 plages : La Grande Maïre, La Chapelle, la Séoune, la plage naturiste, Les Orpellières.
• 3 postes de secours : La Grande Maïre, la Séoune, Les Orpellières.
• Le parking de la Grande Maïre (des petits parkings naturels existent aux Orpellières).
• Un accès adapté pour les personnes handicapées avec un Tiralo (fauteuil amphibie).
• Des WC au parking de la Grande Maïre.
• Le nettoyage quotidien des plages.
• Une surveillance constante de la police municipale.
• Une vingtaine de commerces ouverts en saison.

Le domaine des Orpellières

Un des plus beaux sites de la région
Le Domaine des Orpellières est situé à l’embouchure de l’Orb, sur les communes de Valras-Plage et de Sérignan. Cet espace naturel de plus de 150 hectares, acquis par le Conservatoire en 1980, est constitué d’une plage, d’un cordon dunaire de 2,5 kilomètres et d’une vaste zone de prés-salés. Le site des Orpellières est exclusivement géré par la commune de Sérignan.

Histoire et pratique
Le site des Orpellières a fait l’objet d’une exploitation agricole jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Ce sont principalement des vignes qui ont été cultivées grâce à un réseau hydraulique créé sur l’ensemble du Domaine. Les apports d’eau douce à partir de l’Orb servaient à dessaler les terres pour permettre la culture de la vigne. Depuis l’abandon de cette exploitation et de l’apport contrôlé d’eau douce, le milieu s’est salinisé : la salicorne a colonisé une partie du site. Aujourd’hui, un équilibre naturel semble avoir été trouvé entre milieu salé et milieu doux. Les bâtiments présents sur le site servaient à l’exploitation du Domaine (château d’eau, cuves…). Les abords des bâtiments avaient été enrichis de plantations (figuiers, cyprès, platanes…).

Des cordons dunaires réhabilités
Un diagnostic écologique réalisé en 1983 a mis en évidence la nécessité d’intervenir pour protéger et réhabiliter le cordon dunaire, qui s’érode depuis les années 1970. Ce cordon, outre ses qualités biologiques et paysagères, joue un rôle important dans l’évolution du trait de côte et sur le maintien de l’équilibre écologique de la zone humide située en arrière du cordon. Dès 1984, des actions de réhabilitation du cordon et de gestion de la fréquentation sont mises en place. Le cordon dunaire devient un site expérimental de recherche et d’intervention sur la réhabilitation des espaces dunaires méditerranéens. Les techniques de réhabilitation consistent à disposer des ganivelles, qui vont capter les sables apportés par la mer ou les vents et ainsi favoriser la reconstitution des dunes.

Ces ganivelles ont également comme rôle de limiter la fréquentation des dunes qui contribue à leur érosion. Cette reconstitution est suivie d’une re-végétalisation. Les espèces végétales comme l’Oyat permettent la fixation des dunes et jouent le même rôle de captage des sables que les ganivelles lorsque celles-ci ont disparu. Parallèlement, des actions de gestion de la fréquentation sont mises en place : creusement de fossés pour interdire la fréquentation automobile, aménagement d’aires de stationnement et de chemins d’accès à la plage pour les piétons. Il semble que les actions menées sur le cordon dunaire des Orpellières aient permis à celui-ci de retrouver son état de 1968, avant la période de forte érosion.

Sources : Conservatoire national du Littoral
www.conservatoire-du-littoral.fr

A compter du 1er janvier 2010, la CABEM (Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée) prendra en charge la compétence ''Tourisme'' pour Sérignan et les villes de l'agglomération. Plus d'infos sur www.beziers-agglo.org

 

Magazine

Couverture magazine

Nov / Déc 2014 - N° 4

Dossier : La salinisation des terres agricoles

Lire le magazine

Vidéos

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez les actualités de la ville et les rendez-vous à ne pas manquer.

Photos

Suivez-nous

  • Facebook
  • Picasa
  • Twitter
  • RSS
  • Mail

Visites virtuelles