• Français
  • English
-A +A

P. Stampfli

Sculpture Stampfli

Vous avez peut-être aperçu à l’entrée des jardins de l’Hôtel de Ville ''Stèle double face - noir et blanc'', 2004, sculpture monumentale de l’artiste Peter Stämpfli, installée depuis fin janvier 2006. Cette oeuvre, offerte par l’artiste à la Ville de Sérignan, est en résine epoxy sur armature métallique, elle a été créée pour l’exposition ''Art-Sénat 2004'' et exposée dans le Jardin du Luxembourg devant le Sénat pendant l’été 2004.
Peter Stämpfli puise ses sujets dans l’environnement immédiat (téléphone, machine à laver, voiture) et les gestes ordinaires (''tenir une cigarette'', ''remplir une machine à laver''…) qu’il peint d’après des photographies et non d’après nature.
À la suite de ces séries sur le quotidien, Stämpfli se focalise sur des fragments d’automobiles. Puis, radicalisant sa démarche, il réduit son vocabulaire plastique à la représentation de roues, de pneus, et enfin de traces de pneus. Il ne peint alors plus un objet inspiré par la photographie, mais un objet qu’il construit totalement. L ’artiste isole, agrandit, découpe les objets, et met ainsi en perspective une part infime du réel.

''Lorsque Stämpfli dessine ou peint la structure d’un pneu, il nous oblige à voir ce que d’habitude nous ne regardons pas'' (Gilbert Lascault).

Sur un fond blanc monochrome, lisse et impersonnel, ou découpé, la roue de voiture est isolée
de son contexte grâce à un cadrage qui rappelle le gros plan cinématographique. Les détails sont tellement agrandis qu’ils s’apparentent à des formes géométriques pures. Les dessins des structures perdent leur caractère réaliste pour se développer en éléments sériels. Ainsi, seule compte l'organisation abstraite de la surface où se conjuguent les rythmes géométriques aux angles aigus et les couleurs affirmant la primauté d'une seule réalité, la peinture.
Si le sujet et la technique de ses oeuvres rapprochent Stämpfli des artistes du Pop Art américain tels Tom Wesselmann ou James Rosenquist, le peintre suisse s’en distingue cependant par un refus de la narration et du montage d’images. Il y a en effet, dans toute son œuvre, une volonté de distanciation et de froideur objective.

Coordonnées: 
France

Magazine

Couverture magazine

Juillet / Août 2014 - N° 2

Festivités de l'été, un programme survitaminé

Lire le magazine

Vidéos

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez les actualités de la ville et les rendez-vous à ne pas manquer.

Photos

Suivez-nous

  • Facebook
  • Picasa
  • Twitter
  • RSS
  • Mail

Visites virtuelles